1. Zidane Tribal (ジタン・トライバル)
    from Final Fantasy IX

     
  2. L.A. Confidential de Curtis Hanson
    Avec Russell Crowe et Guy Pearce 

    Un bon film de bonhommes comme je les aime.
    Guy Pearce le gentil flic tête à claque qui balance ses potes,
    Russell Crowe en flic bourru qui utilise la manière forte pour par
    venir à ses fins, Kevin Spacey le troisième flic, un peu pourri et qui finit
    aux stups. (Et puis en vrac : Cromwell en daron flic, Danny DeVito en emmerdeur
    national, Kim Basinger en pinup deluxe et même Simon Baker dans le rôle d’un
    jeune richoss clinquant : ouais, y’a du beau monde.) Le tout dans le Los Angeles
    des années 50, aaah. Comme un petit goût de paradis. Il m’en faut pas plus.
    Il va falloir que je songe sérieusement à lire James Ellroy. Puisque
    les adaptations cinoches de ses livres me bottent, j’imagine que leur
    lecture doit être encore plus passionnante.

     
  3. The Quick & The Dead de Sam Raimi
    Avec Sharon Stone et Leonardo DiCaprio

    Un western à la sauce Sam Raimi. Le pitch :
    Sharon Stone erre dans une petite bourgade américaine
    qui possède tous les clichés des films de cowboy : un saloon,
    des alcooliques débonnaires, d’autres violeurs d’enfants,
    des types aux dents pétées, un prêtre de service et le riche
    patron de la ville corrompu jusqu’à plus soif (Gene Hackman).
    Evidemment, la belle semble avoir un lourd passif avec
    le bonhomme et veut se venger en lui faisant sauter
    la caboche. Et pour ça elle va devoir participer à un tournoi
    de duels auxquels participent une vingtaine de combattants.
    Parmi eux : un Indien qui semble invincible face aux balles,
    Di Caprio en enfant terrible et exubérant, Lance Henriksen en
    virtuose de la gachette un peu mythomane, Russell Crowe dans
    le rôle du mystérieux prisonnier ultra balèze mais qui refuse
    de se battre, et donc, évidemment, Gene Hackman en champion
    incontesté du tournoi. Tous ceux-là peuvent prétendre à
    la victoire finale : un sacré pactole en provenance des caisses
    de Wells Fargo. C’est également une bonne occasion
    de régler les petites querelles des uns et des autres…
    C’est assez premier degré mais parfois bien abusé
    et rigolo. Du Sam Raimi quoi : pas le film du
    siècle mais marrant à regarder. Un peu comme
    une coupe du monde de foot.

     
  4. MechaGodzilla VS Ultra Mothra VS King Ghidorah

    Bon, ça y est, c’est le grand départ pour Nippon Land
    avec David Rappeneau. Je crois qu’on est bons, qu’on a bien
    tout préparé (on a tout un lot de chaussettes neuves pour
    astiquer les parquets tokyoïtes et des petites serviettes à
    mettre devant le zizi quand on ira aux onsens).
    On va dépenser le peu de blé qu’on a dans les Pachinko,
    les binouzes et les combats d’animaux géants.

     
  5. Bloc Party  MeanKettlingTruthDay Four 
    Breton
      Pacemaker,  Governing CorrectlyEdward The Confessor
    Wolf Parade  What Did my Lover SayLittle Golden Age,
    Ghost PressureYulia / Youngblood  Hawke We Come Running
    The Shins New Slang / The Airborne Toxic Event Sometime Around Midnight
    Chris Isaak  Go Walking Down There / My Bloody Valentine  Only Shallow
    Two Door Cinema Club  Handshake / Tired Pony Pieces
    Team Sleep  Blvd Nights / Radical Face Ghost Towns
    Wintersleep Oblivion

     
  6. Lucifer Rising de Kenneth Anger
    Avec Marianne Faithfull 

    Merci Pierre Ferrero.
    Avant de me faire découvrir Lucifer Rising, le nom de
    Kenneth Anger m’était totalement étranger.
    Anger est un réalisateur américain bien barré, passionné par
    Aleister Crowley et qui fait des films depuis plus de soixante dix piges
    (ça fait long hein). On lui doit notamment Lucifer Rising, moyen
    métrage complètement fou avec Marianne Faithfull et Chris Jagger,
    et rythmé par une bande son endiablée de Jimmy Page (puis plus tard
    le film sera ré-enregistré avec une zique de Bobby Beausoleil).

    Ca tabasse bien, l’univers visuel et l’ambiance sonore
    sont parfaites, et en plus ce qui est cool c’est que si tu
    cliques sur le dessin en couleur au dessus, tu pourras
    voir le film en intégralité ! Elle est cool la vie hein.
    Je rattrape tout juste mon manque de culture (j’ai vu
    il y a  peu Inauguration of the Pleasure Dome avec Anaïs Nin)
    alors je retourne choper et regarder ses autres productions.
    A bientôt.

     
  7. Mad Men de Matthew Weiner
    Avec Jon Hamm et Elisabeth Moss 
    (clique ici pour voir l’image en
    haute définition)